Rééducation en RP

La kinésithérapie active en Résistance Progressive est une technique de rééducation simple, efficace et ludique. Elle ne nécessite aucune infrastructure particulière sinon un point fixe pour certains exercices. Ce point fixe peut être simplement une poignée de fenêtre, de porte, l’espalier ou un poteau quelconque. Son encombrement est nul : il se transporte dans une poche de survêtement et ne pèse que quelques grammes. La bande élastique s’adapte à toutes les situations et permet de travailler tous les groupes musculaires et toutes les articulations dans n’importe quel endroit, de la chambre stérile du greffé de moelle à la salle de rééducation.

ACCUEIL1
REEDUC2
REEDUC3
REEDUC4
REEDUC5
REEDUC6

L’intérêt de cette technique de rééducation réside dans la progressivité de la résistance au mouvement. En effet, contrairement aux autres techniques comme la pouliethérapie ou la charge directe, la bande élastique offre une résistance minimale au début du mouvement pour augmenter progressivement jusqu'à la fin du geste. D’autre part, le patient peut gérer lui même la résistance (et donc l’apparition de la douleur) en modifiant la tension de la bande ou en limitant l’amplitude du mouvement. Cette particularité est extrêmement appréciable dans la rééducation articulaire, ou chez des patients fragiles, car grâce à la résistance progressive, les contraintes sur les articulations sont diminuées et la progression du traitement est plus homogène.

La bande élastique permet de respecter la physiologie articulaire et les composantes de rotation des mouvements. Sa souplesse d’utilisation par la résistance progressive à l’étirement et les multiples possibilités d’accrochage, de boucle, de tension, de longueur, permettent d’affiner la rééducation proprioceptive dans la phase de reprogrammation neuro-motrice mais aussi d’éveiller précocement le sens proprioceptif des membres ou segments de membres lésés. La bande élastique permet aussi le travail en chaîne musculaire. Toutes les chaînes peuvent être travaillées à différents niveaux de récupération et selon les possibilités du patient. En effet, beaucoup d’exercices peuvent s’effectuer debout ce qui implique un travail postural par diffusion de l’ensemble de la musculature pour maintenir la position érigée. C’est donc un concept et un outil extraordinaire pour la kinésithérapie active.

La RP permet au thérapeute d’intervenir à tous les stades du traitement :

En phase post-traumatique ou post-opératoire : Pour une levée de sidération, un réveil musculaire. On utilisera des bandes de faible résistance.

En phase de récupération articulaire active : La résistance de la bande devra laisser la possibilité au patient d’effectuer le mouvement dans son amplitude maximale. Elle devra donc être de faible résistance.

En phase de remusculation : Les différentes résistances des bandes élastiques permettent une progression dirigée par le thérapeute en fonction de la douleur, de la récupération articulaire et des possibilités du patient. La bande élastique permet un travail musculaire concentrique, excentrique et isométrique.

En phase de récupération articulaire passive : On utilisera des bandes de résistance moyenne ou forte pour les exercices d’auto posture ou de posture.

En phase de reprogrammation neuro-motrice : Les bandes élastiques permettent de commencer très tôt le travail proprioceptif en décharge puis en charge. On utilisera les résistances adaptées au segment de membre et à l’articulation concernée.

Dans les traitements de gymnastique posturale, de rééducation rachidienne : L’élastique sera de faible résistance car il est utilisé le plus souvent comme « dérivatif », c’est l’aspect ludique. Le véritable travail sera en fait le maintien postural du tronc et des membres. La bande élastique est de ce point de vue très intéressante dans les traitements rachidiens des enfants et adolescents.